Source : © Association Française d'Urologie - ©Uropole Côte Basque - 7 CHEMIN DE LA MAROUETTE - BAYONNE

Sondage vésical

 

Cet acte consiste à introduire une sonde par le canal de l’urèthre jusqu’à la vessie.

Pourquoi ce geste ?

Votre vessie ne se vide pas correctement. Il est nécessaire de permettre à l’urine de s’écouler vers l’extérieur pour vous soulager et avant d’effectuer, si nécessaire, un traitement de la cause ayant déclenché le blocage urinaire.

 

Existe-t-il d’autres possibilités ?

L’urine peut également être évacuée par un drainage sus-pubien qui consiste à ponctionner la vessie directement au travers de la peau au dessus du pubis sous anesthésie locale et à laisser en place un tuyau sortant par le ventre.

Votre urologue vous expliquera pourquoi il a choisi cette modalité de dérivation des urines.

 

Déroulement du geste

La sonde est un tube mince et souple qui est introduit dans la vessie par le canal de l’urètre : chez l’homme le passage de la sonde peut-être ressenti au niveau du sphincter (muscle de la continence urinaire) et de la prostate. Cependant, dans la majorité des cas, il s’agit d’un geste peu ou pas douloureux. Une anesthésie locale de l’urèthre est possible.

Il existe plusieurs types de sondages :

En dehors du cathétérisme évacuateur ou intermittent, la sonde vésicale est maintenue en place grâce à un ballonnet gonflé dans la vessie et une poche de recueil est connectée au cathéter afin de recueillir l’urine.

Il existe plusieurs types de poches de recueil des urines, notamment des modèles pour la nuit ou pour le jour. Certaines poches de jour peuvent être dissimulées facilement sous les vêtements. Quel que soit le type de poche utilisé, vous aurez besoin de la vider régulièrement.

 

Suites habituelles et risques

Une sonde vésicale est en général très bien supportée. Un saignement passager dans les urines peut survenir. La sonde peut parfois provoquer secondairement une irritation de la paroi de la vessie, qui peut se traduire par des envies d’uriner ou des douleurs de la vessie, et parfois l’émission d’urine par l’urèthre entre la sonde et le canal ; des médicaments peuvent soulager ces symptômes mais parfois incomplètement.

Il est nécessaire de faire des soins locaux réguliers au niveau du point d’entrée de la sonde dans l’urèthre.

L’ablation de la sonde est indolore : elle nécessite au préalable de dégonfler le ballonnet.

En cas de sonde « à demeure » il faut changer régulièrement la poche de recueil des urines et la sonde elle-même. La périodicité de ces changements sera décidée par votre urologue.

Les complications de cet acte sont possibles mais rares :

L’infection des urines ou des organes génitaux chez l’homme est une complication de survenue plus fréquente.

Pour diminuer les risques de complications il faut boire abondamment, faire des soins locaux réguliers et éviter que la sonde soit coudée.

 

Votre urologue se tient à votre disposition pour tout renseignement.

 

 

rendez-vous en ligne

RETOUR

* L’Association Française d’Urologie n’assume aucune responsabilité propre en ce qui concerne les conséquences dommageables éventuelles

pouvant résulter de l’exploitation des données extraites des documents, d’une erreur ou d’une imprécision dans le contenu des documents.